Provinces maritimes – Nouveau Brunswick

Nous avions prévu de visiter les provinces des Maritimes : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. Malheureusement, la météo ne nous a pas permis de mettre en œuvre tous nos plans. Mais commençons par le début…

La planification du voyage

Vu que c’était notre premier long voyage au Canada, nous avons commandé des guides touristiques pour chacune des provinces. Vous pouvez les obtenir gratuitement et tout le matériel vous sera livré par la poste.

Veuillez consulter les liens utiles au bas de cet article pour commander votre guide du Nouveau-Brunswick.

Après avoir examiné tous les guides et effectué des recherches sur Internet, l’itinéraire a été développé : Montréal – Nouveau-Brunswick – Île du Prince Édouard – Nouvelle-Écosse – Montréal. Voici la route du voyage aux Maritimes sur la carte de Google.

Nous avons pris la sage décision de ne pas réserver d’hôtels à l’avance.

Nous ne savions pas quels endroits nous aimerions et quels endroits nous n’aimerions pas. Où voudrions-nous rester plus longtemps ? Quels endroits voudrions-nous sauter ? Nous avons décidé de le déterminer sur place. C’est peu probable qu’il y ait des problèmes avec le logement au Canada.

Et comme Yuri Gagarin, le premier cosmonaute, a lancé avant le premier vol dans l’espace :

« Et c’est parti ! »

Nous sommes partis pas très tôt vers 9 heures du matin. Le premier arrêt fut la ville de Drummondville, principalement à cause de Costco. Puisque la ville est assez loin (120 km) de Montréal, le prix de l’essence est beaucoup moins cher. Nous sommes allés là-bas pour faire le plein de la voiture et acheter des aliments non-périssables pour nous-mêmes.

Puis, nous avons roulé presque sans arrêt car notre objectif principal pour la première journée était de venir au Nouveau-Brunswick. Il vaut la peine de mentionner qu’en passant par la ville de Québec, il y avait une vue incroyable sur l’hôtel de luxe Château Frontenac. Mais nous avions décidé de ne pas perdre de temps en allant à la capitale du Québec. C’est un voyage d’une journée à 270 km de Montréal. C’est toujours possible y aller pour un jour ou deux le week-end.

Bonjour Nouveau-Brunswick !

Ce qui nous a immédiatement frappés après avoir traversé la frontière entre les provinces, c’était la différence de qualité de la route.

La limite de vitesse est passée de 100 km/h à 110 km/h.

Tout à coup, la voiture a cessé de trembler et de rebondir.

Ainsi, nous avons atteint notre objectif pour la journée. Nous sommes arrivés au Nouveau-Brunswick.

Après avoir parcouru environ 20 km, nous avons vu les formes de la ville d’Edmundston. En approchant, nous nous sommes familiarisés avec son odeur. « Désagréable », c’est le dire avec douceur. Le fait est qu’Edmundston soit le centre de l’industrie de la pâte à papier au Nouveau-Brunswick. Vous ne pouvez pas manquer cette ville !

La nuit approchait. Le Nouveau-Brunswick a une heure d’avance sur le Québec. Il était temps de penser à l’hébergement. Nous avons conduit 200 km de plus et séjourné près de la ville de Woodstock.

Pour un séjour d’une nuit, nous avions décidé de suivre au moins 3 règles : bonne critique, petit déjeuner inclus, prix autour de 100 $.

Après avoir googlé des hôtels et lu les critiques, nous avons réservé une chambre dans Canada’s Best Value Inn & Suites – Woodstock.

 Adresse : 168 Route 555, E7M 6B5 Woodstock

Au petit-déjeuner, saluant les autres invités, nous avons noté un détail intéressant qui est apparu à plusieurs reprises lors de notre voyage. La grande majorité des touristes sont des personnes de plus de 60-70 ans.

C’était un matin ensoleillé. Après le petit-déjeuner, nous sommes allés explorer les étendues du Nouveau-Brunswick.

La capitale du Nouveau-Brunswick – Fredericton

Fredericton était un premier arrêt. Nous sommes arrivés là vers 11 heures du matin et avons trouvé un parking dans le centre de la ville sans aucun problème.

La plus grande surprise pour nous était le prix. Comparé à Montréal, c’était gratuit.

Les surprises n’étaient pas terminées : notre voiture était seule.

Nous devrions faire une remarque ici : au Canada, Ottawa et les capitales provinciales ne sont pas les villes les plus grandes et les plus développées. Par exemple, Fredericton est une ville avec une population de 57 000 habitants. C’est la troisième plus grande ville de la province après Moncton et Saint John.

Nous avons donc garé la voiture et sommes allés nous promener. C’était calme et propre. Aucun gratte-ciel.

Nous continuons notre promenade sur le quai. La ville est située sur le fleuve Saint-Jean. Comme dans toute autre ville canadienne, le long de la côte, il y avait une piste cyclable.

Nous sommes tombés sur ces tables d’échecs.

Elles nous ont rappelé les parcs en villes au Belarus dans notre enfance. Où, le week-end les hommes en quarantaine – à l’époque, nous pensions qu’ils étaient des vieillards – se sont réunis pour jouer aux échecs.
Mais ici, à Fredericton, on dirait que personne n’a joué sur ces tables depuis longtemps ou qu’elles pourraient être fraîchement peintes.

Le tour guidé dans le Parlement du Nouveau-Brunswick

Après une petite promenade nous sommes allés au bâtiment du Parlement. Étonnamment, bien que ce fût dimanche, il n’y avait pas de touristes sauf nous.

 Site web : https://www.gnb.ca/legis/index-f.asp

 Adresse : 706 Queen Street Fredericton, N.B. E3B 1C5 

Une visite au parlement du Nouveau-Brunswick est gratuite, comme dans tous les parlements au Canada.

Ils ont vérifié nos pièces d’identité, puis nous ont enregistrés. Nous sommes passés à travers le contrôle de sécurité. C’est ça ! Un guide personnel nous a été attribué. Elle nous a donné une demi-heure de tournée.
Pendant que nous explorions la ville, nous avons vu beaucoup de noms contenant « beaverbrook ». Notre guide nous a dits qu’il vient du nom du Baron Beaverbrook. Il fut le premier Canadien à occuper le poste de ministre de la Production aéronautique au sein du gouvernement de Winston Churchill. Il est connu pour avoir rencontré Staline après l’invasion allemande et insisté sur l’aide militaire pour l’Union soviétique.

De la tournée, nous avons également appris des choses à propos de George Stanley, historien, enseignant, soldat et concepteur du drapeau canadien.

Il est né à Calgary. Plus tard, il a été nommé professeur d’histoire dans une université du Nouveau-Brunswick. Pour sûr, notre guide ne pouvait manquer l’occasion de le mentionner.

Tout visiteur est invité à assister à des débats en direct à la Chambre des communes ou au Sénat chaque fois qu’ils sont en session. Il y a des sièges spéciaux pour le public.

Nous aimerions souligner l’hospitalité et l’ouverture des agents au parlement du Nouveau-Brunswick.

Ils nous ont demandés d’où nous sommes originaires. Considérant que le hockey est la deuxième religion au Canada, ils connaissaient le Belarus. Merci à Sergey et Andrey Kostitsyn.

Déjeuner au Casino Nouveau-Brunswick

 Site web : https://www.casinonb.ca/

 Adresse : 21 Casino Dr, Moncton, NB E1G 0R7

La frontière avec l’Île-du-Prince-Édouard se trouvait à 270 km. Pas loin du tout ! Après avoir googlé les endroits les plus proches pour manger, nous avons appris qu’il y avait un bon buffet au Casino Nouveau-Brunswick. Nous avons décidé de faire d’une pierre deux coups : prendre le déjeuner et visiter le casino pour la première fois.

Une fois que nous sommes entrés, on nous a dit à la réception que le buffet coûte 5 $ de moins par personne pour les membres du casino.

Puisque devenir membre était gratuit, nous avons utilisé cette option. Le choix dans le buffet était bon. Cependant, il faisait trop frais à l’intérieur pour rester longtemps. Ainsi, après avoir déjeuné et marché dans les machines à sous, nous nous sommes dirigés vers notre prochaine destination.

Où est le Pont de la Confédération ?

 Site web : https://www.confederationbridge.com/

 Adresse : Confederation Bridge, Borden-Carleton, PE

Le Pont de la Confédération se trouve au Canada et rejoint les deux provinces du Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard au-dessus du détroit de Northumberland.

Nous avons rêvé de voir le pont. C’est pourquoi nous voulions le regarder le plus près possible. Nous avons laissé notre voiture sur le stationnement du Cape Jourimain Nature Centre, et nous sommes allés nous promener pour prendre quelques photos du pont et de la côte.

Une fois sur la côte, nous avons réalisé qu’il y avait marée basse et il semblait que nous aurions presque pu marcher jusqu’à la rive opposée. Mais c’était une impression trompeuse. Le pont mesure 12,9 km de long. Au plus haut point, des navires de croisière peuvent naviguer sous le pont. Une petite note historique : le pont a été inauguré le 31 mai 1997.

Le pont de Confédération est le plus long pont du monde qui surplombe des eaux prises par les glaces.

Ne perdant plus de temps, nous nous sommes dirigés vers une nouvelle découverte, la province l’Île-du-Prince-Édouard.

Nous avons eu un sentiment étrange en traversant le pont. On avait l’impression d’être dans un parc d’attractions : beaucoup d’eau autour, une route étroite de deux lignes menant à l’eau. Il a fallu environ 10 minutes pour traverser le pont.

Nous y sommes dans le royaume des rives rouges.


Ce post fait partie de notre tout premier long voyage dans les Maritimes. Vous pouvez lire d’autres articles : Île-du-Prince-Édouard | Nouvelle-Écosse – jour 1 | Nouvelle-Écosse – jour 2 | Nouvelle-Écosse – jour 3


Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *