Provinces maritimes – Île-du-Prince-Édouard

Il pleuvait et l’île était enveloppée de brouillard. Pour ainsi dire, la version canadienne de l’anglais Albion brumeuse.
La nuit s’approchait. Nous avons donc décidé d’aller à la ville Summerside, qui était la plus proche. On peut traduire le nom de la ville comme « la coté d’été ». Il semblait que la ville nous ait montré son autre côté… la coté d’automne.

Il pleuvait des cordes. Nous nous sentions solitaires dans cette deuxième plus grande ville de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.). Il n’y avait personne autour. Il semble évident que notre prochaine destination devrait être un hôtel avec une douche chaude.

Avant nous devions passer la quête pour acheter de la bière.

Pour autant que nous sachions, c’est seulement dans la province du Québec, vous pouvez acheter de l’alcool dans n’importe quelle épicerie. Dans d’autres provinces, les boissons alcoolisées ne peuvent être vendues que dans des magasins d’alcool spécialisés. Cela nous avait complètement échappés. Comme c’était dimanche et après 17 heures, tous les magasins avaient été fermés. Mais j’avais tellement soif d’un verre de bière après avoir conduit toute la journée.

Nous avons donc décidé de tenter notre chance pour trouver une bière dans une ville inconnue. Puisque la ville est petite – ou peut-être pas pour cette raison – tout-puissant Google ne pourrait pas nous aider. Par conséquent, nous devions traverser les rues et regarder les panneaux.

Une demi-heure plus tard, nous avons trouvé un petit dépanneur et acheté de la nourriture. Cependant, ils ne vendaient pas de bière.

Faisons ici une petite pause dans notre histoire pour dire que ce dépanneur avec sa sympathique vendeuse serait le premier dans la chaîne des souvenirs inoubliables de l’Île-du-Prince-Édouard.

« Qu’est-ce qui était si inhabituel ? » – vous pouvez demander. La meilleure façon de comprendre est d’y aller. Par contre, si nous pouvions décrire en deux mots, ce serait « une communication cordiale ». Nous avons passé au moins une demi-heure à discuter avec cette adorable femme. Nous parlions comme de vieux amis.

Notre conversation agréable a un peu éclairé la mauvaise nouvelle qu’ils ne vendent pas de bière. À ce moment-là, vous ne pouviez le trouver qu’au bar. Sinon, vous devriez attendre jusqu’à demain et aller à un magasin d’alcools. Après un long trajet traîner dans un bar était la dernière chose que nous voulions.

Nous rêvions d’une douche chaude et du silence.

À ce moment-là, nous avons décidé d’acheter une caisse de bière à Montréal avant de faire de longs voyages dans d’autres provinces. Mais pour être honnête à chaque fois nous l’oublions et faisons face au même problème : OÙ ACHETER DE LA BIÈRE ?

Alors revenons à notre histoire…

Nous avons appelé Quality Inn & Suites Garden of the Gulf que nous avions réservé avant de traverser le pont pour confirmer notre réservation.

 Adresse : 618 Water St E, Summerside, PE C1N 2V5

La femme à l’autre bout du téléphone semblait très inquiète et ne cessait de demander si nous pouvions trouver le chemin dans ce temps de chien.

Sa voix n’était pas seulement inquiète, mais même alarmée.

Si nous avions dit que nous étions perdus, elle nous sauverait ou du moins enverrait quelqu’un pour aider.

La visibilité sur la route était vraiment mauvaise, mais le GPS n’a pas échoué. Nous avons donc trouvé l’hôtel sans aucun problème. Jennifer, la dame au téléphone, nous a rencontrés à la réception. Après toutes les formalités, nous sommes allés à la voiture pour nos affaires. Comme il pleuvait toujours, Jennifer a offert un parapluie et est sortie avec nous. Avant que nous puissions récupérer nos affaires dans le coffre,

elle a attrapé la plus grande valise et l’a portée dans notre chambre !

Il est difficile de décrire nos sentiments… D’une part nous nous sommes sentis coupables qu’une femme fragile a attrapé et traîné la plus grande valise, d’autre part, on se rend compte que cela fait partie du service… Mais nous l’avons attrapée à mi-chemin et changé les valises 🙂

Plus tard, nous sommes allés dans le hall et avons parlé à Jennifer pendant au moins demi-heure. Elle a beaucoup parlé d’elle, de la ville de Summerside, elle a posé des questions sur nous… Encore une fois, nous avions l’impression que nous parlions à un ami de longue date.

C’était notre premier jour où nous avons rencontré une hospitalité incomparable et sincère des habitants de l’Île-du-Prince-Édouard.

Ville de Charlottetown et pompiers

Dans la matinée après le petit-déjeuner nous sommes allés à Charlottetown, la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard. Le stationnement de 0,95 $ par heure près de l’hôtel de ville nous a « permis » de prendre notre temps pour profiter de la visite.

Le lundi matin dans la capitale était très calme et ensoleillé. Nous avons apprécié le soleil après une journée pluvieuse.

En promenant dans les rues, de loin, nous avons remarqué une voiture rétro de couleur rouge vif. En se rapprochant, nous avons vu qu’il s’agissait d’un camion de pompiers du début du siècle dernier. Le camion avait l’air impressionnant à l’entrée des pompiers de Charlottetown.

 Adresse : 89 Kent St, Charlottetown, PE C1A 1M9

Pendant que nous examinions et photographions la « pièce de musée », un pompier est venu nous voir.

Il s’est avéré que la voiture avait été entièrement restaurée par les pompiers à leurs frais et les dons des habitants de la ville.

La conversation a duré au moins une demi-heure… Nous avons involontairement rappelé la dame du dépanneur à Summerside, et Jennifer à l’hôtel…

S’il y avait un prix d’hospitalité, nous n’hésiterions pas à le donner à cette plus petite province du Canada.

Dans cette capitale à un étage, nous étions frappés par la majesté de la Basilique-cathédrale Saint-Dunstan.

 Adresse : 65 Great George St, Charlottetown, PE C1A 4K1

Visite privée de Charlottetown

En arrivant au centre des visiteurs de Charlottetown et en parlant à un employé, nous avons décidé d’acheter une excursion de Charlottetown en autobus.

 Adresse: 6 Prince St, Charlottetown, PE C1A 4P5

Vue que la ville est assez petite, on peut voir toutes les principales attractions dans une heure ou deux. Nous attendions un bus à deux étages.

Nous avons pensé : « Ce serait génial d’être assis au pont supérieur ! » Dans quelques minutes, le bus arrêta devant nous. ll n’y avait personne d’autre sauf nous sur l’ârret. Nous nous sommes montés sur le pont supérieur et avons pris place dans la première rangée.

Alors que nous jouissions de nos sièges VIP, l’excursion a commencé !

Il s’est avéré que le lundi matin, vous pouvez profiter d’une visite privée de la ville 🙂 Il n’y avait plus de touristes. Le conducteur Bob était aussi un guide. Il nous a donné une tournée à part entière. Nous avons vu le magnifique parc Victoria dans le port de Charlottetown, la maison du lieutenant-gouverneur où, en 2011, le couple royal Kate et William sont restés ; fait le tour des rues principales de la ville…

En 2013, Charlottetown se préparait à célébrer le 150e anniversaire de la Confédération l’année suivante. Bob nous a montré la maison (Provincial house) où, en 1864, a eu lieu la conférence de Charlottetown pour discuter de la Confédération canadienne. Les participants à cette conférence et aux conférences subséquentes sont connus sous le nom de « Pères de la Confédération » et, depuis, la province de l’Île-du-Prince-Édouard est fièrement appelée « le lieu de naissance de la Confédération ».

Une tournée d’une heure et demi a volé si vite. Nous étions reconnaissants et un peu surpris. Malgré le fait que nous étions les seuls touristes, la visite n’a pas été annulée 🙂

Et, comme d’habitude, dans cette province, à la fin de l’excursion, Bob ne s’est pas empressé de se séparer de nous. Un autre bon 20 minutes, nous avons passé en bavardent et encore une fois nous avons apprécié la sociabilité et la sincérité des habitants de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le plus délicieux au pub… des brioches

Heureux mais très affamé, nous avons commencé à chercher un endroit pour manger. Il y en avait plus que quelques-uns. Nous avons fait une recherche rapide sur Tripadvisor pour vérifier les avis de voyageurs sur les restaurants à Charlottetown. Le score était crédible. Comme nous étions affamés, nous n’avons pas perdu de temps à lire les détails sur chaque restaurant.

Nous avons choisi Water St. Fish & Chips avec le drapeau du Pays de Galles à l’entrée.

 Adresse : 77 Water St, Charlottetown, PE C1A 1A5

Il y a beaucoup de bons souvenirs de cette partie du Royaume-Uni. Mais c’est une histoire complètement différente 🙂

Au final, nous n’avons pas regretté le choix spontané, car tout était délicieux.

Mais surtout, nous nous souvenons des brioches servis à la place du pain. Ma grand-mère fesait les mêmes dans mon enfance !

Nous avons même suggéré – et si le boulanger venait du Belarus ?! Nous en avons demandé au serveur à ce sujet. Comme vous pouvez le deviner, il nous a dit avec plaisir tout ce qu’il savait sur la cuisson au restaurant. Et le boulanger était d’origine hongroise après tout.

Cow’s est la meilleure crème glacée canadienne

En étudiant les guides avant le voyage, nous avions appris que Charlottetown est la maison de la meilleure crème glacée au Canada Cow’s.

 Site web : https://cows.ca/

 Adresse : 150 Queen St, Charlottetown, PE C1A 4B5

Après avoir quitté le restaurant, en seulement 5 minutes, nous sommes « tombés » sur le magasin de crème glacée Cow’s. Nous étions pleins après le bon déjeuner et il n’y avait pas de place pour la glace! Mais Irina a fait un effort et a goûté une boule de vanille. La crème glacée Cow’s était très délicieux et surtout pas très sucré.

Statues des souris Eckhart à Charlottetown

Si la ville a quelque chose d’unique, tôt ou tard cela attire votre attention…

En marchant dans les rues, ici et là, nous avons vu des statues de souris.

C’était amusant, mais un peu déroutant. Il s’avère qu’à Charlottetown ces souris (en fait différentes statues de la même souris) font partie d’un jeu de chasse pour les enfants. Le nom de la souris est Eckhart. C’est le personnage principal du livre pour enfants « The true meaning of Crumbfest », écrit par David Weil, un célèbre écrivain originaire de la province de l’Île-du-Prince-Édouard.

Eh bien… Notre connaissance avec la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard a pris fin. Il était temps de continuer notre voyage.

Notre destination suivante était le terminal Wood Islands pour prendre un traversier vers la prochaine province, la Nouvelle-Écosse.

Wood Islands était à 70 km (44 miles) et nous avions encore du temps. Le plus important qu’il faisait beau. Le temps était favorable pour admirer la nature. À propos, la longueur de l’île entière est de 270 km (168 miles).

Le camping Campbell’s Cove

 Site web : https://www.campbellscovecampground.com/

 Adresse : 7516 Northside Rd, Souris, PE C0A 2B0

Le prochain arrêt était le camping Campbell’s Cove. Nous ne savions rien de cet endroit et nous sommes juste passés en suivant le panneau sur la route. C’était super que nous avons décidé de « passer » à cet endroit merveilleux !

Rappelez-vous, au tout début nous avons parlé de photos typiques de l’île, alors ici nous avons fait nos propres cartes postales. La côte du camping Campbell’s Cove était exactement telle qu’on la décrivait dans les guides : la côte de sable rouge allait doucement dans la baie. Petite plage.

L’immobilité du calme !

Seulement de petites vagues rampaient paresseusement à terre, brisant le silence avec leur son magique : claque… claque… claque. Tout cela nous a fascinés et remplis d’un tel calme et d’un sens de l’idylle, que nous avons fait un effort incroyable pour quitter cet endroit… Mais nous avons dû reprendre la route !

Nous sommes complètement d’accord avec la dernière déclaration de la photo ci-dessus « Paradis – vous êtes ici ! »

Que peut-on voir du phare ?

Nous voulions aussi visiter le phare d’East Point.

 Site web : http://eastpointcraftshop.com/lighthouse.php

 Adresse : 404 Lighthouse Road Elmira, Prince Edward Island

En conduisant, nous avons remarqué qu’il y avait beaucoup de générateurs de vent dans les champs. Plus tôt Bob nous avait dit que l’électricité sur l’île était chère. Par conséquent, la province a décidé d’utiliser l’énergie éolienne.

Nous avons donc atteint le point le plus à l’est de l’île avec un phare de 20 mètres de haut.

Le phare avait la forme d’un octogone. Comme on nous l’a dit, avant la Confédération, c’est-à-dire jusqu’en 1867, les phares avaient une forme octogonale. Après, on construisait les phares carrés… Pourquoi? Nous n’avons pas trouvé la réponse. Pour 5 $ chacun, nous avons grimpé les escaliers du phare, tombant sur le « gardien de phare » endormi 🙂

La surface de l’eau s’étendait loin devant. Dans ce lieu, trois courants se rencontrent : le fleuve de Saint-Laurent, le détroit de Northumberland et l’Atlantique. Et à l’œil nu, vous pouvez voir comment ces courants se mélangent !

En raison de la chaleur, il n’était pas possible de rester longtemps au sommet du phare. Donc, nous sommes descendus. En outre, nous avons dû prendre le dernier traversier à 8 heures du soir.

Le traversier du Î.-P.-É. vers la Nouvelle-Écosse

 Site web : https://www.ferries.ca/ns-pei-ferry/

 Adresse : 23 Service Rd, Belle River, PE C0A 1B0

Avant de continuer l’histoire de notre voyage sur le traversier, laissez-nous faire une petite note concernant le pont de la Confédération. Dans tous les guides et Google, vous verrez que le pont est payant. Cependant, il y a une nuance. Vous pouvez vous rendre à l’île par le pont ou par le traversier. Donc, c’est toujours gratuit si vous allez à l’Île-du-Prince-Édouard.

Si vous décidez de quitter l’Île-du-Prince-Édouard, vous devrez payer.

D’une manière si simple, le gouvernement essaie d’augmenter la population de l’Île. Bien sûr, c’est une blague 🙂 Donc, pour quitter l’Île-du-Prince-Édouard en traversier, nous avons payé au total 67 $.

Alignés dans des colonnes des camion, des voitures, des motos attendaient l’embarсation.

En attendant le traversier, une histoire à moitié drôle nous est arrivée.

Irina a oublié dans la salle de bain son sac avec tous nos documents et nos argents, plus un tas d’autres choses « nécessaires » que les femmes gardent toujours dans leurs sacs !

Nous étions tellement ravis du future voyage en traversier que nous avons remarqué la perte au moins 10 minutes plus tard. Heureusement, le sac était dans le même endroit où Irina l’avait laissé.

Bientôt, le départ a été annoncé. Les gros camions étaient les premiers à embarquer, après eux les voitures avec des motos. Pendant le trajet, les véhicules sont bloqués dans la cale. Vous ne pouvez pas y aller. Par conséquent, on nous a demandé de prendre tout le nécessaire avec nous.

Après avoir garé la voiture, pleine d’impatience et de curiosité, nous sommes allés explorer le traversier. C’était notre premier voyage sur le traversier au Canada. Il y avait deux ponts pour les passagers. La partie supérieure était ouverte et il était possible de marcher ou de s’asseoir sur un banc et d’admirer la nature.

Le trajet a pris un peu plus d’une heure. Vous trouverez toutes les informations sur le prix et les tarifs, les horaires, des offres spéciales et bien plus sur le site du traversier.

Du point de vue du confort et du service, tout était minimaliste : des bancs simples et un petit bar où vous pouviez acheter quelque chose à manger. L’assortiment était plutôt modeste : frites, chocolats, boissons… La plupart du temps, nous avons passé sur le pont supérieur jusqu’à ce qu’il fasse plus froid.

Lorsque nous avions quitté le terminal Wood Islands, un brouillard s’est approché de la rive. C’était une vue charmante et spectaculaire !

Le capitaine a dit que si on était chanceux, on pourrait rencontrer des baleines. Nous ne l’étions pas, mais assez chanceux pour voir les dauphins et regarder le soleil se coucher!

Il faisait déjà nuit quand nous avons quitté le terminal de Caribu en Nouvelle-Écosse. Nous sommes allés directement à l’hôtel. À la réception, l’administrateur a salué en nous enregistrant. À ce moment-là, nous nous sommes rendu compte à quel point la salutation ici en Nouvelle-Écosse différente de celle de l’Île-du-Prince-Édouard. « Comment allez-vous ? » sur l’Île était sincère alors qu’ici cela ressemblait à une formalité.

Ce cas a souligné encore une fois à quel point les habitants de Î.-P.-É. sont des gens généreux et ouverts d’esprit.

En même temps, nous ne prétendons nullement que les habitants de la Nouvelle-Écosse sont impolis ou ignorants. Non, en Nouvelle-Écosse, ils sont exactement les mêmes que dans les autres provinces…


Ce post fait partie de notre tout premier long voyage dans les Maritimes. Vous pouvez lire d’autres articles : Nouveau Brunswick | Nouvelle-Écosse – jour 1 | Nouvelle-Écosse – jour 2 | Nouvelle-Écosse – jour 3


Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *