Comment voir des icebergs au Canada? Voyage à Terre-Neuve

Beaucoup d’entre vous se souviennent peut-être des leçons de la géographie sur l’Arctique, des icebergs, des ours polaires, etc. À l’époque, tout semblait très loin et inaccessible. Depuis, le temps a passé, nous avons grandi et de nombreuses choses irréelles sont devenues réelles et réalisables.

Le temps est venu de réaliser notre rêve d’enfance : voir des icebergs! Après avoir fait des recherches sur Internet, nous avons compris que le voyage vers des iceberg est possible à faire. Alors, en route, à découvrir la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador et ses montagnes de glace!

L’allée des icebergs à Terre-Neuve

Chaque année, à partir de la côte de la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador, vous pouvez observer un phénomène de la beauté incroyable: la dérive des icebergs de l’Arctique à l’océan Atlantique.

Les icebergs se détachent des glaciers de la côte ouest du Groenland, formant l’allée des icebergs.

La célèbre allée d’icebergs s’étend du Labrador à la côte sud de l’île de Terre-Neuve. L’allée des icebergs est connue pour le naufrage du Titanic le 15 avril 1912. Elle s’est produite à 645 km (400 milles) de la côte de Terre-Neuve.

Nous avions eu l’idée de voyager à Terre-Neuve et de voir les icebergs bien avant notre voyage. Nous avons choisi les dates fin juin et début juillet. D’habitude, nous prenons de courtes vacances entre la fête québécoise de Jean-Baptiste (le 24 juin) et la fête du Canada (le 1er juillet).

Nous craignions que l’été ne soit pas la meilleur saison pour voir des icebergs à Terre-Neuve. Heureusement, la carte des icebergs a fait disparaître nos préoccupations. En passant, c’est une ressource très utile, ce qui nous a beaucoup aidés à décider où aller exactement pour voir les icebergs. En outre, vous pouvez trouver d’autres informations utiles, par exemple, quelle est leur taille, quand ils ont été vus et à quel point ils sont visibles depuis la côte.

Comment se rendre à Terre-Neuve pour voir des icebergs?

Terre-Neuve est assez éloignée de Montréal à plus de 2 000 km (1 243 milles). Il y a deux façons de se rendre à Terre-Neuve. Vous pouvez soit prendre un avion, soit y aller en voiture. En avion, vous vous rendez dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador, St. John’s. La durée du vol de Montréal à St. John’s est d’environ 2 heures.

Nous avons choisi la deuxième façon et divisé notre voyage en trois étapes : Nouveau-Brunswick – Nouvelle-Écosse – Terre-Neuve.

Lors de notre premier voyage dans les Maritimes au Nouveau-Brunswick en 2013 et lors de notre première visite en Nouvelle-Écosse, nous n’avons pas pu voir grand-chose à cause du mauvais temps. Cette fois, nous avons décidé de visiter ces deux provinces maritimes à nouveau. De toute façon, elles étaient sur notre chemin vers l’île de Terre-Neuve. Pendant ce voyage, le temps était bien meilleur.

Au sujet de notre voyage au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, nous écrirons un article plus tard. Ici, nous voulons juste nommer quelques endroits que nous avons visités. Nous avons passé quelques jours au Nouveau-Brunswick en observant les plus hautes marées du monde à Hopewell Rocks. Nous avons fait de la randonnée dans une forêt de conte de fées dans le parc national Fundy. Encore quelques jours, nous avons profité du beau temps dans notre bien-aimé Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

Dans cet article, nous décrirons principalement notre séjour sur l’île de Terre-Neuve et l’observation des icebergs.

Alors, pour aller à Terre-Neuve, nous avons pris une traversée qui part de North Sydney en Nouvelle-Écosse et arrive à Port aux Basques, à Terre-Neuve.

Le temps de trajet est d’environ 7 heures pour couvrir la distance de 178 km (110 miles). Il y a deux traversées par jour : le matin et la nuit. Pendant la haute saison en été, une traversée supplémentaire circule le matin.

Vous trouverez tous les détails sur les tarifs et les horaires de toutes les traversées entre la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve sur le site web de Marine Atlantique.

Il existe quatre catégories de tarifs :

  • Général
  • Siège réservé
  • Cabine avec 2 lits et cabine avec 4 lits
  • Cabine de luxe (avec un très grand lit)

Afin de ne pas perdre notre temps précieux, nous avons décidé d’acheter des billets pour une traversée de nuit. Ca va de soi qu’il serait préférable de dormir dans une cabine confortable. Mais il s’est avéré que beaucoup d’autres touristes, y compris des passagers réguliers comme des camionneurs, avaient la même idée. Donc, deux jours avant le départ de la traversée, toutes les cabines avaient déjà été vendues. Par conséquent, nous avons acheté deux billets « sièges réservés ».

Sur la traversée de Marine Atlantique, il y a une salle très spacieuse réservée aux passagers avec « sièges réservés ». Avec nos billets, nous avons reçu des cartes électroniques pour accéder à la salle. La salle avec « Sièges réservés » est située à l’avant de la traversée sur le pont supérieur. Les sièges larges et confortables sont disposés en rangées. Ces sièges sont deux fois plus grands que des sièges standards d’un avion. Si vous inclinez le siège, vous pouvez dormir pratiquement en position horizontale. Un petit repose-pied est également fourni. Il est pratique si vous êtes plus grand que la taille moyenne 🙂

 Conseil numéro 1 pour les voyageurs

Les couvertures et les oreillers ne sont pas fournis sur la traversée, vous feriez donc mieux de les emmener avec vous si vous voyagez la nuit.

Il y a plusieurs restaurants et bars sur la traversée. Comme nous naviguions la nuit, tous les restaurants étaient fermés, mais un bar était encore ouvert. Nous avons pris une table près de la fenêtre et siroté du vin en regardant le chargement se terminer et la traversée lentement quittait le port de North Sydney. Après nous sommes allés dormir dans « notre » salle, où une grande surprise nous attendait. Dans la salle, on entendait un gros bruit de ronflement! De temps en temps, d’autres passagers se rendaient au siège du ronfleur et le secouaient jusqu’à ce qu’ils réalisent à quel point c’était inutile. La séance de ronflement a repris avant même qu’ils aient atteint leurs sièges. Cette nuit-là, tout le monde dans la salle avait du mal à s’endormir.

 Conseil numéro 2 pour les voyageurs

N’oubliez pas les bouchons d’oreille! 🙂

Séance de photo avec des icebergs, accueil chaleureux de Terre-Neuve et un « morceau du Belarus » au Canada

À Terre-Neuve, à savoir au terminal de Port aux Basques, nous sommes arrivés tôt le lendemain matin. Nous avons prix un petit déjeuné dans un café. Après avoir vérifié la carte des icebergs nous sommes allés à une petite ville canadienne avec un nom royal King’s Point. Nous espérions voir notre premier iceberg là-bas!

 Site web : http://www.townofkingspoint.com/

 Adresse : Ville de King’s Point

Quelques mots sur la ville de King’s Point. Il est situé à environ 400 km (250 miles) du terminal de Port aux Basques. La population est seulement d’environ 900 personnes. En même temps, il y a un petit motel avec un restaurant et un bar. Nous avons réservé une chambre dans ce motel.

 Adresse : Motel à King’s Point

Cela nous a pris environ 4 heures pour arriver à King’s Point. Le temps était nuageux, mais il ne pleuvait pas. Grâce au navigateur GPS, nous sommes arrivés avec succès dans la ville, mais pas à l’endroit où se situait l’iceberg. De là, nous devions trouver le chemin vers l’iceberg sans aucun gadget. Nous avons remarqué une route allant à l’une des baies de King’s Point et nous l’avons suivie.

Bien que nous ayons hâte de voir les icebergs, notre première montagne de glace a apparu soudainement !

Il est difficile de décrire à quel point nous avons été impressionnés et excités ! Ce serait un euphémisme de dire que nous n’avons pas cru nos yeux. Nous criions de joie jusqu’à ce que nous sommes rendus vers l’iceberg.

En sortant de la voiture, nous avons remarqué un autre petit iceberg à côté. Auparavant il aurait pu être un morceau du grand. Les deux heures suivantes, nous faisions des va-et-vient le long de la côte en observant les icebergs et en les photographiant sous différents angles.

À un certain moment, un drôle de petit vieillard de la région nous a aperçus, deux étrangers avec des appareils photo. Il nous a approchés et a immédiatement commencé à jacasser sans arrêt. De son long monologue, nous ne comprenions pas plus de 10 %.

Avec difficulté, nous avons deviné qu’à proximité, il y avait d’autres gros icebergs à voir.

Après avoir fait le tour des environs nous n’avons pas pu trouver les icebergs. On a donc décidé d’aller au motel pour déjeuner et continuer notre recherche plus tard.

Dans le motel, nous avons à nouveau fait face à un « incompréhensible » Anglais de Terre-Neuve. Les habitants parlaient très vite, et souvent, ils avalaient les mots. Heureusement, il y avait toujours des gens autour de nous qui nous ont aidés avec la « traduction ». Dans le motel, notre » traductrice » était l’hôtesse, une dame très gentille. Elle nous a expliqué en détail comment trouver une autre baie pour voir plus d’icebergs. Pour ne pas perdre du temps nous avons emporté notre déjeuner et nous nous sommes mis en route à la rencontre de nouveaux icebergs.

La route ne descendait pas sur la côte de la baie. Une fois garé la voiture, nous avons dû marcher un peu. Derrière une petite colline, nous avons vu un autre énorme morceau de glace reposé au milieu de la baie. Nous l’avons appelé « Komarovka ». Ceci est un surnom d’un célèbre marché Komarovsky à Minsk (la capitale du Belarus). Ce nouvel iceberg nous a rappelé son édifice.

En promenant plus loin, nous sommes arrivés à la plage, où les enfants locaux pêchaient avec un filet. Dans cet endroit, nous avons vu deux autres icebergs. En regardant les enfants, vous pourriez penser que l’eau était chaude. Mais ce n’était pas le cas.

Plus tard nous avons entendu quelqu’un crier derrière nous de l’autre bout de la plage. En se retournant nous avons vu un homme se précipiter vers nous.

Nous ne pouvions même pas nous imaginer que c’étaient nous qu’il appelait. Il s’est avéré que c’était « notre » drôle de petit vieillard que nous avions rencontré plus tôt. Il a couru de l’autre côté de la plage pour nous montrer un crabe !

Après, il s’est vanté de sa grosse prise !

Plus long nous étions à Terre-Neuve, plus nous nous souvenions de notre premier voyage à l’Île-du-Prince-Édouard. Les habitants des îles sont tellement sincères et accueillants, amicaux et attentionnés. Chaque fois que cela nous touche au fond du cœur!

En attendant, il a commencé à pleuvoir. Il était temps de finir notre promenade et de retourner au motel. Étonnamment, la pluie s’est arrêtée dans une demi-heure et le soleil est sorti. En conséquence, un bel arc-en-ciel est apparu dans le ciel !

Observation des icebergs à Twillingate, Iceberg Man Tours et Transformer

 Site web : https://townoftwillingate.ca/

 Adresse : ville de Twillingate

Le lendemain, nous avons visité « la capitale des icebergs » à Terre-Neuve, la ville de Twillingate. Nous avions lu beaucoup de bonnes critiques sur Iceberg Man Tours, donc nous voulions y aller. Bien que, selon la carte des icebergs, il n’y ait pas de gros icebergs à Twillingate à ce moment-là.

Malheureusement, l’excursion n’a pas répondu à nos attentes.

Il y avait un vent fort, la mer était orageuse. Le capitaine devait donc contrôler le bateau tout le temps, ne faisant pas confiance à son jeune assistant. À la fin du tour, le capitaine a présenté ses excuses à notre groupe, car il ne pouvait pas passer beaucoup de temps avec les touristes. Dans le même temps, nous aimerions remercier le capitaine pour avoir pris soin de nous!

Pendant le tour, nous avons vu deux petits icebergs. Nous avons donné un nom à l’un. Cela ressemblait à l’un des personnages du film « Transformers ». Nous l’avons appelé Transformer.

Le deuxième iceberg n’a déclenché aucune association et est resté sans nom 🙂

Au retour, nous avons été déçus – notre transformateur a été décapité 🙁

Merci, Iceberg Man! Nous reviendrons à Terre-Neuve pour reprendre votre tour et espérons que la météo ne nous laissera pas tomber!

Eh bien, c’est la fin de notre voyage aux icebergs de Terre-Neuve!

Fête du Canada au parc national du Gros-Morne, Terre-Neuve

En plus des icebergs, nous avons également visité un pittoresque parc national du Gros-Morne.

 Site web : https://www.pc.gc.ca/en/pn-np/nl/grosmorne

 Adresse : Parc national du Gros-Morne

Le parc, où il faut absolument revenir! C’est à cause de mauvais temps, nous n’avons passé qu’une journée au parc du Gros-Morne. Nous avons juste eu le temps de faire un tour en bateau.

Nous voyageons souvent au Canada en été.

Si notre voyage tombe le jour de la fête du Canada, nous prenons toujours un drapeau canadien avec nous et prenons des photos !

C’était l’un de ces voyages.

Dîner au homard spécial à Terre-Neuve

Bien sûr, nous ne pouvions pas quitter Terre-Neuve sans avoir mangé des homards ! Près de Twillingate, nous avons trouvé un petit restaurant de fruits de mer Doyle Sansome & Sons Ltd.

 Site web : http://www.sansomeslobsterpool.com/

 Adresse : 25 Sansome’s Place, Hillgrade, NL A0G 2S0

Lorsque nous avons passé commande, il s’est avéré que le restaurant n’acceptait pas les cartes de crédit, seulement l’argent comptant. Il ne nous restait plus. La serveuse a dit que c’était correct, le distributeur de billets n’est pas loin, et nous pouvons aller après le dîner pour retirer de l’argent et payer.

Le restaurant était situé au bord de l’eau. Ils avaient une grande piscine avec les homards. J’ai mis la serveuse dans l’embarras avec ma question

« Puis-je choisir un homard pour mon dîner? »

Après avoir vérifié avec un directeur, j’ai choisi un homard, et même pris part à la cuisson ! 🙂

Après le dîner, nous avons vérifié les prévisions météo et nous avons décidé de ne pas réserver un logement, mais aller directement au terminal de traversée Port aux Basques. La traversée du matin avait encore des cabines disponibles et nous avons réservé une !

Au revoir, Terre-Neuve ! Un jour, nous reviendrons pour voir plus d’icebergs, explorer tes nordiques paysages bucoliques et être charmés par tes Terre-Neuviens chaleureux !

Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *